MDM NEWS
Banner
Photo info :
L’ÉMANCIPATION DES FEMMES PAR L’ACCÈS AUX DROITS ET L’AUTONOMISATION ÉCONOMIQUE : LE RÔLE DES DIASPORAS ICI ET LÀ-BAS

L’ÉMANCIPATION DES FEMMES PAR L’ACCÈS AUX DROITS ET L’AUTONOMISATION ÉCONOMIQUE : LE RÔLE DES DIASPORAS ICI ET LÀ-BAS

Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM) et le Collectif des Organisations de Solidarité Internationale issues de l’Immigration (COSIM) de la Région Aquitaine (France) organisent le 28 avril 2016 à Rabat et le 30 avril 2016 à Imilchil deux journées de réflexions et d’échanges autour du thème : « L’émancipation des femmes par l’accès aux droits et l’autonomisation économique : le rôle des Diasporas ici et là-bas »
Aujourd’hui, les femmes et les jeunes filles représentent 48 % de la population migrante1 . 
La féminisation de la migration n’est plus une tendance, mais une réalité reconnue. D’importants progrès ont été réalisés pour respecter, protéger et assurer les droits fondamentaux des femmes ; tout en reconnaissant leurs nombreuses contributions ainsi que les synergies entre les droits des femmes et le développement. Actrices de développement, elles participent activement à l’autonomisation financière et administrative ainsi qu’au renforcement des capacités des femmes sur les deux espaces à travers le transfert de compétences, de savoir– faire, de valeurs et de fonds. Faut-il encore rappeler que l’accès des femmes à un emploi décent contribue à augmenter leurs capacités d’action, encourage une meilleure répartition des tâches au sein d’un ménage et qu’il aide également à sortir des familles de la pauvreté ? L’amélioration de la santé et l’accès à l’éducation représentent un élément vital qui contribue à leur bien-être et à celui de leurs familles. Des recherches scientifiques montrent qu’à long terme, les sociétés et les économies ne peuvent prospérer que si elles utilisent pleinement les compétences et les capacités des femmes2 . Toutefois, malgré les nombreuses avancées réalisées, aujourd’hui encore trois quarts des hommes en âge de travailler sont actifs sur le marché du travail, contre la moitié des femmes du même âge3 . Dans beaucoup de régions et de pays, les femmes continuent à recevoir un salaire moins élevé que les hommes et leur accès à l’éducation et aux soins de santé est limité. Quant aux femmes migrantes, souvent, elles subissent une double discrimination liée à leur origine et à leur genre. Dans ce contexte, il est fondamental de valoriser le rôle que jouent les organisations des migrant-e-s dans l’autonomisation des femmes ici et là-bas. Porteuses d’une double citoyenneté et d’une double culture, les associations de la Diaspora sont de véritables vecteurs de transformation à travers la mise en œuvre de projets de développement local, le transfert des compétences et des connaissances. Ainsi, ayant pour objectif de valoriser et de mettre en avant les pratiques de terrain en termes de développement local, ce séminaire rassemble des expert-e-s du domaine de la migration et du genre, des acteurs/trices du développement local, des représentant-e-s d’autorités marocaines et françaises, des OSIM et d’autres porteurs de projets associatifs en vue d’une réflexion et d’un échange communs autour du sujet de l’autonomisation des femmes et de différents aspects y afférents, tels que : les enjeux liés à l’accès aux droits fondamentaux dans les pays d’origine, de transit et d’accueil, le statut juridique des migrantes dans les pays d’accueil, le droit d’accès à l’éducation des jeunes filles, le rôle des femmes en tant qu’actrices de développement économique et social, ainsi que la collaboration entre la société civile issue de la Diaspora et la société civile locale sur les questions liées à la protection des droits des femmes. ​

Commentaires